Wednesday, October 23, 2019

D ans la chambre à la montagne (rerun)



Labels:

.

Du o d'hier


Bravo pour votre duo d'hier, c'était splendide !

Merci beaucoup Yves-Noël, cela me touche énormément que vous l'aillez apprécié !!  A bientôt

Je suis surtout bien content d'être resté ! J'étais venu pour la pièce de mon ami Liam et j'ai failli partir au café avec mes autres amis — et je me suis mis en bout de rang pour pouvoir partir quand je voulais et la pièce m'a pris : sur moi la réussite est totale ! I'm your (new) fan !

Quelle belle coïncidence!😀 Je suis bien content aussi d’avoir eu votre présence et ce beau retour !! J'ai eu en effet des bons retours hier, aussi des pros. Je pense que cela va aider un peu pour la suite de cette pièce. C'est dommage qu'il n'y avait pas de journalistes. Ce sera pour la prochaine fois.

Au début (quand le duo hétéro a commencé), j'ai pensé que c'était peut-être une pièce bien ringarde parce que ça ne parlait visiblement pas des minorités (comme tous les spectacles dans le monde actuellement) Et puis, paf, ça m'a soudain fait tellement du bien de réfléchir à ce mystère (certes commun) : un homme une femme. Et la pièce a déployé sa splendeur, ses surprises... Soudaine beauté de l'éphémère...

Bonjour Yves-Noël, étonnant votre texte. Si vous êtes d'accord je vais le rendre visible.

No problem pour moi, mais méfiez-vous, l'ambiance est tellement à la langue de bois (dans les programmes, par exemple) que ce qui pourrait passer comme une revendication du main stream serait sans doute immédiatement mis de côté (pour plus tard). Mieux vaut sans doute passer entre les gouttes et ne pas faire remarquer que le sujet des minorités et de la discrimination positive— seul sujet convenable — n'est pas abordé. Néanmoins la pièce brille par son éternité (ce qui n'est pas contradictoire avec l'éphémère). Love

Dans cette pièce, je ne parle que de fragilité, de la rencontre de corps, de deux personnes, et de notre condition d'êtres incarnés, de chair, voués à la chute. Il est vrai que j'ai beaucoup hésité depuis hier de rendre visible votre texte en raison de la place considérable que vous donnez, dans le texte, à cette question du genre, en la mettant presque en contradiction avec la possibilité de produire une expérience physique et esthétique composée d'une femme et un homme. J'avais même envie de vous demander si je pouvais mettre, rendre visible, seulement une partie du texte (avec votre contrôle, bien sûr).

Eh bien, oui, ça me paraît mieux de ne pas insister là-dessus. Ça donne une lecture qui n'appartient pas à la pièce. Utiliser ce que vous voulez de ce que je vous dis...

Labels:

L 'Homme et l'araignée



Labels:

D eux remarques de mon idole


« L’idée d’associer la jeunesse et le théâtre à écrire, le théâtre à venir, me plaît. »

« Le théâtre qui délivrerait un message est une décadence. Le théâtre n’est pas un média, c’est une expérience du monde qui passe effectivement par cette chose élémentaire : parler, danser, chanter. Ça pourrait être le titre de tous les spectacles : Parler, danser, chanter. »

Labels:

Tuesday, October 22, 2019


Salut Isabelle, il y a déjà mille ans qu’on ne s’est vu, tout passe si vite à Paris, depuis le très, très beau spectacle de Latifa et d’Antonia qui, lui, ne passe pas, mais reste extrêmement secret et énigmatique, à côté de l’époque, merveilleux comme une grotte de vitalité, inachevé de perfection (bon). Si ça t’amuse de jeter un œil sur le texte de ce stand-up intitulé Yves-Noël Genod dira au moins une phrase de Merce Cunningham (et peut-être un peu plus), voici le lien de la dernière version (ça changeait évidemment tous les jours et ça changerait si je le reprenais). Mais je crois que tu imagines très bien au moins l’ambiance (sans avoir même à jeter cet œil), tu étais là à mon premier spectacle En attendant Genod, il y a 16 ans (en juin 2003), à Nantes. 
Je t’embrasse, 
Yves-Noël
https://ledispariteur.blogspot.com/2019/09/blog-post_97.html

Labels:

Monday, October 21, 2019

L iberté / sécurité


« Et, là, tous les discours qu’on fait aujourd’hui sur la sécurité, aussi, par exemple. Mais, la sécurité, c’est une notion de l’état d’exception. C’est très lié à ça. Et donc croire qu’on peut concilier une démocratie véritable avec une politique qui n’a plus d’autre concept, d’autre paradigme que la sécurité, eh ben, ça, c’est impossible. »

Labels:

D u fond


« Beaucoup tentèrent en vain de dire joyeusement la joie extrême
Ici elle me parle enfin, elle parle du fond de la tristesse. »

Labels:

U TT


« Le galop bleu des souvenances 
Traverse les lilas des yeux »

« Il pleut des voix de femmes comme si elles étaient mortes même dans le souvenir »

« le regret et le dédain »

« écoute tomber les liens qui te retiennent en haut et en bas »

« Le vent fait pleurer les saussaies 
Ouvre ouvre ouvre ouvre ouvre »

Labels:

L e Tire-bouchon (à Rennes)


« Je soupais d'un peu de foie gras 
De chevreuil tendre à la compote 
De tartes flans etc. 
Un peu de kirsch me ravigote »

Labels:

R ennes, suite


Voici un email beaucoup trop long pour nos capacités de concentration : mon prof de danse nous a dit vendredi qu’à chaque génération cela diminuait, nous en sommes maintenant à sept secondes, moins qu’un poisson rouge, je ne sais pas d’où il tient ça. Donc il est conseillé de le lire par petits bouts — ou de n’en lire qu’un bout — ou, mieux, de ne pas le lire du tout ! Il est bien sûr écrit plus pour me mettre, moi, les idées au clair — bien que le résultat soit sans doute que j’enfume au contraire le peu d’idées que je croyais avoir. Bref, je ne le donnerai pas pour la publication ! 
De toute façon, ma méthode (et, encore une fois, ça ne concerne que moi), c’est — j’en ai déjà parlé (et voilà encore une bonne raison de ne pas lire ce mail ni les suivants (s’il y en avait) : je répète tout en boucle ; vous devez commencer à me connaître !) —, la méthode, ce n’est pas de poser des idées pour trouver ce qu’on va faire, mais au contraire pour ne pas trouver ce qu’on va faire, pour évacuer. Imaginez l’idéal : on aurait posé sur le papier toutes les idées,  toutes les possibilités de France et de Navarre, on aurait tout dit, et donc, comme c’est pour ne pas faire les choses qu’on les dit (vous avez saisi ? cf Virginia Woolf), avoir alors à jouer à partir de rien, à partir d’une table rase, tout a été évacué, une somptueuse maladie d’Alzheimer (je n’en suis pas loin). L’idéal. Mais même ça est chiqué



Sur Tchekhov, je ne peux que vous conseiller de vous y baigner. J’ai un doute quant à l’intérêt de vraiment le monter, à cause du temps, et, bien sûr, on pourrait faire un pot-pourri de scènes, mais ça risquerait de rester « scolaire », je l’ai vu avec l’équipe de « Premier Acte » avec qui j’ai travaillé en février dernier ; ils ont travaillé ensuite avec Stéphane Braunschweig sur Tchekhov, à l’Odéon, et il y avait des choses très, très bien, en particulier une chose qu’il est presque impossible de réaliser avec une distribution « occidentale », on ne croit jamais que des actrices occidentales soient (vraiment) trois sœurs, elles n’arrivent jamais à nous le faire ressentir. Hors, là, ces actrices issues de la Méditerranée et aussi avec Andreï qui était turc, j’ai eu la sensation, très rare, jamais eu auparavant, qu’elles n’avaient même pas besoin de jouer cette réalité pour qu’on la ressente, elles savaient naturellement, encore, ce que c’est que d’être sœurs, une fratrie, la famille. En tout cas, ces filles qui ne se ressemblaient pas, d’origine visiblement diverses (et aussi le Turc), y arrivaient : on y croyait — et beaucoup de choses de la pièce s’éclairaient magiquement, je peux vous dire. Quand Macha veut avouer à ses sœurs qu’elle est amoureuse de Verchinine et que Olga, je crois, s’écrit : « Tu peux dire n’importe quoi, je t’écoute pas », on ne pouvait rien faire de plus juste. Jamais entendu ça. C’est ce qui est extrêmement difficile avec Tchekhov, c’est réel, affreusement réel. C’est pour ça que Stanislavski s’est creusé la tête pour comprendre comment le « jouer » et qu’il a inventé cette méthode devenue mondiale sous le nom d’Actors Studio. Il faut qu’on y croit, sinon c’est juste musée Grévin avec samovars et, alors, c’est très, très triste (hors c’est d’une « joie tragique » extrême). Et comme tout se passe, au théâtre, dans les relations entre les gens, dans cet invisible, pas ailleurs, il faut qu’on croit en ces relations. C’est pour ça que, jusqu’à maintenant, j’ai préféré faire jouer les pièces par une seule actrice ou acteur. Pour évacuer cette difficulté. Laetitia Dosch a fait avec moi La Mouette (dans un spectacle intitulé La splendide actrice) ; l’acte III des Trois sœurs (celui de l’incendie) a été joué par le danseur Jonathan Foussadier (dans un spectacle intitulé N°5) et récemment l’intégrale (des Trois sœurs) s’est donnée dans un café en russe et en français par une actrice biélorusse, Ireïna Labetskaïa, qui ne s’en est pas complètement sortie, d’ailleurs, elle, parfois géniale, d’autres fois non ; nous n’avons pas réussi ensemble à calmer sa peur (Jeanne Moreau : « Il n’y a pas de mauvais comédiens, il n’y a que des comédiens qui ont peur »). Tchekhov, c’est une joie et un travail en cours et sans fin dans ma vie

Même si on peut imaginer que Raphaëlle, Olga et Salomé fassent les trois sœurs, il nous manque le personnage formidable et très important de Natalia…

Peut-être qu’Olga pourrait se charger de tout et apprendre aux autres (filles et garçons) comment jouer Les trois sœurs. Ça, ça pourrait être plus rigolo. Un peu comme tu faisais dans ton « cabaret » : « Vous les Français, vous êtes froids, etc. » Je n’ai pas d’imagination, mais je crois ce que je vois. Et Olga peut tout faire (en restant russe) 

Il y a aussi, si on monte vraiment ce que dit Tchekhov, qu’il n’est pas du tout dans l’air du temps. Tous les spectacles présentés dans le théâtre public en ce moment ont une apparence de spectacles engagés (lire Contre le théâtre politique, d’Olivier Neveux). Ils se doivent tous de dénoncer un état de fait ou de défendre une minorité (voir le dernier sketch de Blanche Gardin où elle dit qu’elle va arrêter le métier parce qu’elle n’a aucune identité à défendre). Ils sont « moraux », selon la morale en cours. Tchekhov aussi vivait une époque « révolutionnaire » et il n’a pas cessé d’être emmerdé par ces « révolutionnaires » qui lui reprochaient de ne pas s’engager dans ses écrits. On a vu depuis ce qu’ont réussi à faire les « révolutionnaires » : un enfer sur terre pour des centaines de millions de pères, mères, fils, filles, petit-fils, petites-filles et c’est pas fini, bien pire sans doute que ne faisait le tsar et son servage (Tchekhov était petit-fils de serf), millions de morts, etc., eh bien, Tchekhov, à ça qui était dans l’air et l’esprit des intellectuels, il a dit non. Il a quand même fait un livre gauchiste — sur le bagne de Sakhaline — pour qu’on lui fiche la paix, pour qu’on le considère un peu sérieusement, c’est comme ça qu’il en parle dans ses lettres. Pour lui, la vie, le monde n’ont pas de sens. Il s’intéresse au réel — qui n’a pas de sens. Dans sa vie personnelle, son rapport aux autres, à sa famille, aux pauvres qu’il soignait gratuitement, à ceux qui lui demandaient de l’argent à qui il en donnait ou bien, s’il n’en avait pas, il écrivait à ses amis plus riches pour qu’ils en donnent, aux écoles et aux bibliothèques qu’il renflouaient de livres, etc., il était ce qu’on peut dire très « engagé », c’est le moins qu’on puisse dire, mais, ça, c’est « réel », à partir du réel, je ne sais pas si vous me comprenez, ce n’est pas à partir de l’illusion d’une idéologie. Ça n’a n’a pas d’autre sens que, disons, celui de la compassion (de l’empathie à la douleur d’autrui) qui est dans nos gênes, puisque au moins les autres mammifères l’ont aussi, pas de faire la leçon de sa propre folie ou soutenir une « cause ». Il disait (dans une lettre à Olga) : « Tu me demandes ce que c’est que la vie ? C’est comme si tu me demandais ce que c’est qu’une carotte. Une carotte est une carotte, voilà tout. » Ce qui, malgré l’apparence, est très intelligent. Et rejoint ce que dit le philosophe Clément Rosset (récemment disparu, dont je vous conseille fortement la lecture ; il n’écrit — magnifiquement — que sur ça, sur le réel et les illusions qui prennent sa place (qu’il appelle ses « doubles ») parce que l’être humain ne cesse d’en inventer en permanence pour masquer ce réel, ne pas avoir à le supporter en face. Clément Rosset dit qu’un camembert, on peut juste le définir par rapport à des étalons référents, le livarot ou le pont-l’évêque, par exemple, mais dire ce qu’il est en lui-même, sa saveur particulière, si on n’a pas ces référents, on ne peut pas, on ne peut pas dire autre chose que : « un camembert, c’est un camembert » — et que c’est le cas pour tout objet réel : comparable seulement à lui-même. Tchekhov disait aussi (dans une autre lettre) : « Il serait temps que les gens qui écrivent, en particulier les artistes, reconnaissent qu’en ce monde on n’y entend goutte ». C’est très important. Je souligne : en particulier les artistes. Et dans Les trois sœurs : « Les oiseaux migrateurs, les grues, par exemple, ils volent, ils volent, et quelles que soient les pensées, nobles ou pas, qui leur passent pas la tête, ils continueront de voler, sans savoir ni pourquoi ni vers quoi ». C’est ça, le réel, on ne sait pas ce que c’est, mais c’est insaisissable, incompréhensible, ça surprend toujours et, nous autres, êtres humains, nous lui préféront le refuge de l’illusion. « Le réel n’a jamais intéressé personne », dit Jean Baudrillard. Mais vous avez commencé à comprendre que c’est ce réel, qui, moi, m’intéresse — et vous que j’entraîne avec moi. Pas les illusions (et Dieu sait si j’aime le show-biz et les paillettes !) (et aussi les fantômes !) C’est le tragique, en fait, mais au sens où Maeterlinck écrit que le véritable tragique, pour lui, commence au moment où, à la fin des contes, s’inscrit la phrase célèbre : « Ils vécurent heureux et eurent beaucoup d’enfants ». Après que tous les combats aient été menés, les illusions des combats : être heureux face au réel : le tragique. La devise de Clément Rosset, je la lis dans un livre d’entretiens que je viens d’acheter (qui s’appelle — c’est une phrase de Nietzsche — La joie est plus profonde que la tristesse, mais je vous conseille plutôt le plaisir de ses livres, son écriture est miraculeuse pour un philosophe) est : « Rassurons-nous, tout va mal ». Variante — qui résonne avec l’époque (mais, en fait, toutes les époques) — : « Tout est foutu, soyons joyeux ». Rosset raconte que l’année de son service militaire, il était parti en coopération au Québec donner des cours de philo et qu’il y avait, un étudiant taciturne, perturbé, transpirant (un personnage de Tchekhov ou de Dostoïevski, j’ajoute) qui se terrait au fond de la classe et qu’il l’avait vu se détendre peu à peu au cours de l’année et qu’à la fin, l’étudiant était venu le voir et lui avait dit : « Avant de suivre vos cours, j’étais mal dans ma peau, j’avais peur de mourir, je ne parvenais pas à vivre. Et maintenant, je vais très bien. C’est grâce à vous et à vos leçons : aujourd’hui, je me fous de tout ! » Clément Rosset est très fier de ce fait d’arme, d’avoir sauvé un étudiant, de lui avoir appris à « se foutre de tout ». On est dans une société où la peur est massive et ne fait que croître. La peur, pour un comédien, c’est l’absence de la liberté. C’est évidemment le grand conseil : se foutre de tout. Je vous ai dit, déjà, ce que disait Duras à Yann, son copain pas du tout acteur, qu’elle filmait et qui avait vraiment peur, pris comme un lapin dans les phares d’une bagnole. On l’entend crier, Duras, dans le making-off : « Mais Yann, il faut que vous vous en foutiez ! Vous croyiez qu’ils s’en foutent pas les grands acteurs ? Ils s’en foutent ! C’est ça, le secret ! Il faut s’en foutre ! Vous croyez que je m’en fous pas, moi, mais je m’en fous ! » (Tiens, on dirait un bout de texte à Raphaëlle) 

Bien sûr, de Tchekhov, on pourrait monter une nouvelle (comme Klaus Michael Grüber l’avait fait avec Sur la grand route), mais c’est du boulot, déjà, lire les nouvelles, etc.  

Voilà, leçon du jour. Vous voulez de la longueur, vous aurez de la longueur. Et encore j’ai pas tout dit. Quant au réel. Mais on en parlera beaucoup. Mais il n’y a pas que Tchekhov

Oh, il faut que je te dise, Louis, j’ai sauté de joie en lisant, dans ce livre d’entretiens, que Rosset adorait les singes : il passait des heures au Jardin des Plantes, à Paris ! C’est son « jardin secret ». Il n’en parlait pas. Observez les singes ! (Et merde pour les soi-disant défenseurs des animaux qui veulent faire fermer les zoos, les ordures ! moi, je serais le grand chef, j’en mettrais dans tous les villages, des singes et des lions et des cafards !)

Je disais, il n’y a pas que Tchekhov, il y a aussi Hamlet (que j’ai monté quatre fois) et, par exemple, aussi, le personnage d’Ophélie. Audrey Bonnet, que vous connaissez, avait fait une Ophélie dans l’Hamlet numéro 3 et Jeanne Balibar avait dit que c’était la plus belle Ophélie qu’elle ait jamais vue sur scène : vous pouvez la croire. En fait, je ne me souviens même plus si Audrey disait un seul mot du texte, je crois qu’elle avait gardé la chanson et c’est tout, mais elle m’avait dit : « Tu comprends, depuis mon adolescence, je lis tout ce qui s’écrit sur ce personnage qui me fascine… » Donc, à un moment, puisque l’occasion se présentait (une tournée au Japon qui se cassait la gueule et elle était enfin libre pour l’un de mes spectacles), elle avait pu flotter dans Ophélie, être disponible à tout ce qui se passait sur scène et dans la salle, habitant tout l’espace —je vous ai parlé de cette présence qui la faisait tourner la tête à tout, au moindre bruit —, mais avec cette Ophélie qui ne la quittait pas, c’était EXTREMEMENT beau, je vous en ai parlé, je crois, extrêmement émouvant, cette petite Ophélie folle, cette petite Lol, et si heureuse de vivre. Bouleversant. Vous le savez, le théâtre est immense et mérite une passion extrême, mais aussi s’en foutre. Les choses les plus belles sont celles qui ne peuvent pas être programmées par la volonté (cf Virginia Woolf). C’est autre chose, être disponible…

Donc ne vous prenez pas la tête, mais rêvez…

Ecrivez vos rêves pour les effacer. Faulkner dit : « Ecrire, c’est épuiser un rêve ». La scène sera cet épuisement. Aucune attitude de sérieux. Le sérieux vient comme le trac avec le talent

Vous avez toute ma confiance, 

Yvno



Comme s’il en fallait encore une couche, voici (c’est sans fin) trois citations de Clément Rosset (des entretiens) et une de Heidegger : « Le chemin des choses proches a de tout temps été pour l’homme le chemin le plus long et le plus difficile. »

Auquel j’ajoute celle de mon prof de danse classique, Wayne Byars, qui, vendredi, nous a dit : « Je vous veux FSH ! Fort, Sain et Heureux » (Strong, Healphy and Happy). C‘est un nouvel acide, je crois, le FSH…)



« Dès qu'un homme, comme Karl Marx ou Lénine, se met en tête qu'il va améliorer le sort de ses semblables, soyez sûr que ça va barder ! Les gens frappés par le virus du bien sont les plus dangereux pour autrui. Les utopies provoquent en général des désastres plutôt que les améliorations espérées. Le cas le plus remarquable dans notre actualité est celui des altermondialistes. Ce terme est d'ailleurs en lui-même révélateur. Il répète, sur un plan politique, l'aberration métaphysique de Platon, qui préfèrent les idées aux choses, ou de Charles Baudelaire, qui s'écrit : « N'importe où ! N'importe où ! pourvu que ce soit hors du monde », ou enfin d'Emil Cioran, qui proclame non sans humour dans un aphorisme : « Donnez-moi un autre monde où je succombe ». « Un autre monde est possible » : tel est le slogan des altermondialistes. Mais qu'ont-ils en tête, sinon une duplication illusoire de ce monde-ci ? Le dessein de remplacer notre mauvais monde par un monde meilleur est absurde. […]
Cependant, notez bien que je ne suis pas hostile aux progrès. Être réaliste, en politique, ne signifie pas nécessairement rallier le camp conservateur ou réactionnaire. J'estime néanmoins qu'il n'y a que le réel et que c'est à partir de lui qu'il faut travailler, et non à partir de la conception illusoire d'un monde parfait, si nous voulons avoir quelque chance de produire des améliorations. »

« D'une manière générale, les raisons d'exécrer la réalité ou de l'adorer sont les mêmes : nous ne savons pas qui nous sommes, ni d'où nous venons ; nous sommes confrontés à un réel souvent déplaisant ou injuste ; chaque sensation est fugace et nous sommes promis au trépas. À partir de ce constat, vous pouvez sombrer dans l'accablement le plus profond ou, au contraire, vous réjouir de chaque instant qui passe. La grande différence entre l'homme dépressif et l'homme joyeux me semble d'ailleurs résider dans l’appétit de vivre, ce qui peut se ramener à un mot le désir. La dépression se caractérise par l'absence de désir. Les pulsions les plus vitales s’éteignent. Cela commence par le désir sexuel ; lorsqu'on est au fond de la dépression, on ne comprend même plus que certains prennent goût à l'érotisme. Ensuite, il y a la nourriture ; même si des plats sublimes nous passent sous le nez, on n'en a plus envie. L'extinction du désir n'est rien d'autre que le malheur absolu. Inversement, le fait de désirer est un symptômes de santé miraculeuse. Le meilleur des mondes n'est pas un monde où l'on obtient ce que l'on désire, mais un monde où l'on désire quelque chose. C'est pourquoi le réel ne fait pas obstacle au désir. Le désir est plutôt l'attitude la plus saine qui soit par rapport au réel. »

« J’appelle réel tout ce qui existe en fonction du principe d’identité qui énonce que A est A. »



Sur le tragique, comment je vous vois (d’après ce que vous m’avez montré) : Olga, 500% tragique (mais elle a 400% d’avance : elle est russe !) ; Raphaëlle, 100% tragique, avec ce personnage, on ne peut pas faire pire, Pascal, Cioran pas loin (on s’attendrait presque à la voir mourir en scène) (j’ai appris d’ailleurs récemment qu’un acteur était mort en jouant En attendant Godot) ; Julien, tragique évidemment : conscience de tout, Copi, et certainement de la mort ; Valentin, idem, très jeune, mais, aidé de Dustan, somptueusement tragique, plus prêt cependant à vivre sur scène plutôt qu’à mourir sur scène (et tant mieux !) ; Aymen, je crois, tragique, même s’il ou parce qu’il fait tourner le monde comme une toupie ; Salomé, elle, peut choisir d’être tragique ou d’être floue, car j’aime les deux ; Louis, plus délicat que tragique, je dirais (j’aime tellement les bêtes poilues) — mais Koko, le singe qui parle, c’est d’une abyssale tragédie — par exemple, quand on lui demande comment il va et qu’un matin il signe : sad ! — j’ai appris récemment (dans le livre de Bulle Ogier) que Barbet Schroeder voulait d’abord faire une fiction avec Koko, mais que, dans ce cas, sa dresseuse demandait (pour Koko) un cachet exorbitant, plus important que s’il s’agissait de Jack Nicholson, avec cet argument : « Si Jack Nicholson ne le faisait pas, vous pourriez toujours le remplacer ; Koko, non » ; Merwane, éminemment tragique quand il se décidera à plonger tête la première ad astra per aspera ; j’en oublie ? j’ai l’impression que vous êtes plus nombreux…  



J’ajoute une raison pour laquelle je vous conseille de ne pas lire ce que je vous envoie : c’est que, si j’avais une idée à laquelle je tenais un peu plus qu’une autre (on ne sait jamais), je ne l’écrirais pas. Les sages de l’antiquité, Jésus, Bouddha, Socrate, etc. avaient raison de se méfier de l’écriture qu’ils voyaient comme un mensonge — et n’est pas poète qui peut… Hâte de vous retrouver…

Labels:

Ma pauvre petite chatte, je m'en veux de t'avoir fatiguée, mais j'ai été si heureux de te serrer dans mes bras (ta forme pleine) de cette manière inattendue 

Labels:

M éfiance


« Un homme bienveillant qui cherche à améliorer le monde est foncièrement dangereux. » 

Labels:

V aste comme Baudelaire


« Son appartement est vaste, truffé de bibliothèques et joliment aménagé de meubles contemporains. »

Labels:

L 'Heure bleue


Yves-Noël,
Tu as magnifiquement apporté lors de ce travail mené par Laure Adler et Sara Louis avec un groupe de prisonniers de la maison centrale d'Arles. 
Le « produit » de cela, réalisé par Lilian Alleaume, en étonnera plus d'un. 
Ce sera diffusé mercredi 23 et jeudi 24 octobre à 20h sur France Inter, dans l’émission L’HEURE BLEUE, puis en podcast sur le site de l’émission.
Les garçons, comme Laure les désigne à l’antenne, ont pu écouter cela en avant-première vendredi dernier, nous préparons un moment plus collectif pour les autres prisonniers et les personnels qui le souhaiteraient dans quelques semaines, ce serait formidable si nous pouvions t’y convier. Nous en reparlerons.
Bonne écoute, d’ici là, et encore merci.
Amitiés.
JMG

Labels:

L es grands sages


Ah ! tant mieux. Tant qu'on travaille ensemble, on a l'impression d'avoir élevé les cochons ensemble — et on en n'est pas si loin parce que c'est ça, justement, travailler ensemble —, mais, dès qu'on se pique d'écrire des mails, on ne récolte que malentendus et incompréhension — ce qui est bien sûr aussi une vérité. Je crois que les grands sages de l'antiquité, Jésus, Bouddha, Socrate... avaient raison de se méfier de l'écriture comme d'un mensonge. (Et n'est pas poète qui veut...)
Bien à toi, 
Yvno 

Labels:

L e Régisseur


Yves-Noël, c’était excellent, ton spectacle sur ce que n’a pas dit Merce et ce que fait Jérôme !!! De toute les c’était très drôle et tu es un magnifique interprète... J’aurais voulu te le dire de vive voix mais trop de gens t’entouraient... J’aurais bien aimé avoir l’anecdote sur Roberto Plate... à moins que ce soit celle sur les beaux manteaux qui tiennent chaud dans les hôtels mal chauffés… et aussi l’anecdote sur le Brésil...
Toutes ces digressions m’ont enchanté...
Signé Régis, le régisseur de Fabrice Luchini

Faut vraiment qu'on couche vite ensemble si on s'aime comme ça ! Florian vient tout à l'heure, je crois…

😂 😂 😂 😂

Vous êtes 4, je vois... Hommes qui rient, à moitié dans ton lit...
Qu'est-ce que tu voulais dire, à propos, dans ton compliment : « De toutes les c'était très drôle » ?

Ah, merde, j'ai fait une faute de frappe : toutes les digressions étaient très drôles et engendraient beaucoup de polysémie... la polysémie m'enchante toujours… Luchini utilise aussi beaucoup cette technique, mais avec moins de légèreté que toi...
Il dit aussi souvent au public : « Femme qui rit a moitié dans ton lit » !!! pour se rassurer sûrement et par narcissisme aigu...
Je suis un mauvais coup au lit, trop intello 😂

Plus tu me parles, plus je t'aime...

Ça me fait chaud au coeur !!!

Toute entière, ma passion en plein ciel, c'est toi

Labels:

L es Arts florissants


Philippe, c'était vraiment immense, ce qu'on a vu dimanche, j'en rêve toujours ; l'impressions que des grottes et des grottes de plaisir s'ouvraient dans la colline de Chaillot — et puis ces danses qu'on croyait nées de la fraîcheur, s'apercevoir qu'elles sont éternelles ! Oui, je rêve de choses comme ça, souvent : c'était très, très émouvant, cette troupe immense à travers le temps, ces petits cirques perdus dans le cosmos et florissants. L'amitié, la poésie. Le don pour vivre. Merci infiniment ! Immarcescible amour, Yves-Noël

Labels:

A sthme bestial


C’était génial ! Très surprenant. Dominique aussi a beaucoup aimé ! Peut-être un problème de micro dans la première partie pour toi, la voix perchée dans les aigus, plus du tout après (mais on était au premier rang complètement sur le côté à cour). Costumes parfaits, scéno magique et on a été ébloui par votre forme physique ! Et le deux-en-un, encore une fois (après Gustavia), est magnifique. Un ami m’a dit qu’il n’aimait pas quand on parlait de la crise au futur. Mais, moi, j’ai vu beaucoup de présent dans ce spectacle. Je dirais même que c’est sa qualité principale.
T’embrasse, 
Yvno

Yves-Noël, merci ! J’avais un problème d’asthme bestial et ne pouvais pas tousser, mais aujourd’hui ma voix était mieux ! Merci pour ton gentil message 

Labels:

« my shemblable ! my freer ! »

Labels:

F ragment du bacon



Labels:

L a Cage


« Ils étaient comme des animaux se battant dans la même cage, qui était le temps. »

Labels:

L es grands brûlés


« L’hypothèse de lecture proposée ici est que les propos de ces personnages sont antiphrastiques, c’est-à-dire à retourner du tout au tout, finalement ironiques. Leur cynisme est une sorte de râle douloureux. D’abord, si ces personnages n’aiment personne et se rendent détestables, c’est tout simplement parce qu’ils n’ont jamais été aimés […]. Ce sont de grands brûlés de la modernité offerts à notre répulsion, mais plus encore à notre pitié, et plus encore à notre méditation »

Labels:

W ozu


« A quoi bon des poètes en un temps de manque ? »

Labels:

« la réalité d'un monde intérieur »

Labels:

T iercé gagnant


Bonjour Anne, 
On s’est parlé après l’atelier, l’autre soir, et je t’ai fait part de mon intérêt pour le travail avec des amateurs en tant que chœur, groupe (j’ai déjà souvent travaillé avec des amateurs, des enfants ou mon père, par exemple). Mon intérêt pour le chœur vient de ce spectacle qu’il me semble que tu as vu, à Vanves, le quatrième Hamlet (Poem Unlimited). J’aimais beaucoup ce qu’était capable de montrer ce groupe d’hommes sans envergure, sans trop de ce qui encombre la vie et la société, l’ego, la volonté de pouvoir (dont on est bien obligé de se servir quand il faut, par exemple, qu’un acteur se charge de la pièce entière, comme dans le spectacle que tu as vu). Ces hommes plutôt moches, sans « grâce », montraient quelque chose, pour moi, d’illimité, une autre grâce, évangélique, celle de l’humilité, une lumière extrêmement émouvante. J’ai retrouvé cette sensation mercredi 9 octobre avec l'imposant groupe de l’atelier. J'ai proposé dès la première phrase de « faire » un spectacle plutôt qu’une « recherche », un spectacle où il n’y aurait d’ailleurs rien à « faire » ou très peu, mais beaucoup à « être » et, ce spectacle, nous l’avons créé, de 30 ou 45 mn, et nous avons eu le temps de le redonner (bien sûr, j’en étais l’unique destinataire, avec Simon). C’est une disponibilité au spectacle que je leur ai « imposée » — mais aussi parce qu’il s’agissait d’un atelier limité dans le temps (et l’enjeu), présenté, comme vous le faites, comme une «  surprise », ce qui est une très bonne idée. J’ai donc conscience de la difficulté de travailler avec des amateurs sur une durée plus longue et avec l'enjeu d'une représentation. Le groupe de Vanves, par exemple, était tellement «  solide », me semblait-il, que j’envisageais de continuer de travailler avec eux, ne pas les perdre de vue, et j’avais proposé d’abord que l’on se revoit tous autour d'un repas et, de ce repas (dans le café associatif à Pantin où je peux travailler facilement), j’espérais qu'on pourrait tirer un spectacle. Mais je n'ai jamais réussi à rassembler tout le monde, le temps avait passé, une parenthèse dans leur vie difficile. Je suis conscient que la grâce apparait dans les interstices et quand elle le veut bien. Soudaine beauté de l’éphémère. Mais peut-être pourrions-nous tenter le coup dans le cadre de cette manifestation du printemps dont tu parlais. Il faudrait délimiter un protocole (bien réfléchir). J’ai appris il y a peu que Olivier Dubois voulait aussi faire un spectacle avec des amateurs et qu’il leur demandait simplement de s’engager sur 4 week-ends. Il faut imaginer…  
Puisque j'en suis à quand même réussir à t’envoyer un mot — c’est vrai que je ne me précipite pas pour vendre ou proposer mon travail pour la raison principale, je crois, que je trouve ça très difficile de « réussir » un spectacle — je suis beaucoup plus à l’aise avec la commande (y compris comme ça a été le cas pendant des années : fais ce que tu veux, tu as carte blanche) où, alors, les choses se présentent plus simplement puisque je fais de mon mieux (à partir d’un contexte, d’un cadre). J’ai une telle conscience de la difficulté de « réussir » quoi que ce soit (à la Pessoa) que je ne peux décemment pas me « vendre ». Mais, enfin, puisque je suis quand même à t’envoyer un mot, disons que j’ai encore au répertoire deux spectacles qui forment un triptyque avec le Baudelaire présenté l’an passé. Le Proust (titre : La Recherche) créé aux Bouffes et joué en tournée, avec un grand succès, la dernière fois à Genève en février, au théâtre Saint-Gervais (mais aussi sur les immenses scènes du TNT de Toulouse et Orléans) — et le Phèdre créé à l’automne dernier au théâtre de l’Arsenic dans l’immense salle sans gradin du théâtre de l’Arsenic, en quadrifrontal (mais qu’il faudrait sans doute recréer en frontal pour la tournée). Baudelaire, Proust, Racine. On a le tiercé gagnant.
Voilà, chère Anne, à bientôt, de toute façon (je repasse à Rennes pour une réunion avec les élèves dans la deuxième quinzaine de novembre, date non encore définie), 
Yves-Noël 

Labels:

Sunday, October 20, 2019

Q u'il inventa


« Dieu lui-même ne connaît que les langues qu'il inventa à Babel. »

Labels:

W agner est à Paris !


Vu Wagner et son copain Stéphane, quelle merveille ! Je l'aime encore plus depuis que je connais le Brésil. J'aime tellement le Brésil ! Je leur montre ces photos récentes. J'aimerais bien faire plus de photos, devenir un autre Lassïnce. Aucune existence n'est enviable, mais celle de Lassïnce un peu quand même. C'est difficile de déclarer, de démontrer sa liberté. Il faudrait faire un roman de tout. C'est difficile la concentration. La concentration pour tout. Aidez-moi, monde moderne ! technologie ! Additionnez mes vies !

Labels:

M ontrer ses fesses



Labels:

« une amitié « tissée sur le plus commun de la vie, il n’y a rien de plus passionnant que les choses sans intérêt » »

Labels:

M ana


« Pour les Polynésiens, le mana était comme un fluide électrique qui pouvait changer personnes et choses et se transmettre de l'un à l'autre. Toute réussite était due au mana et tout échec à son absence. Aux Marquises, un jeune homme qui n'arrivait pas à mémoriser les traditions indigènes passait pour manquer de mana, et un récitant qui était défait dans un concours littéraire avait perdu son mana. Un guerrier absorbait le mana de tous les ennemis qu'il avait tués et accroissait par là le sien propre. Certains lieux étaient pénétrés de mana et un fugitif n'avait qu'à s'y réfugier pour s'y sentir en sécurité. »

Labels:

« Fils dep’ » (prononcer comme start-up)

Labels:

B eyond The Limits


« Il peut en effet s’appuyer sur l’aveu de Joyce lui-même qui se sentait parfois jeté en dehors de l’univers. Ainsi, l’auteur de A Portrait of the Artist as a Young Man dit, à propos de la célèbre crise de dépersonnalisation de Stephen Dedalus à Cork : « By his monstrous way of life he seemed to have put himself beyond the limits of reality ». »

Labels:

« le principe freudien selon lequel tout progrès doit se payer par une augmentation du malaise de la civilisation »

Labels:

T ourment


« «  Ces enfants sont à moi, ces richesses sont à moi. » Ainsi parle l’insensé, et il est tourmenté. Vraiment on ne s’appartient pas soi-même. D’où les enfants ? D’où les richesses ? »

Labels:

S ujet du bac


« Est-il vraiment possible de vivre et de croire qu’il n’y a rien d’autre ? »

Labels:

D evise du Dispariteur ?


« Ce monde a besoin de tout, sauf d’informations supplémentaires. »

Labels:

« le rêve d'une Hollande aux ciels tourmentés »



Labels:

T héâtre


« Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il y a un chemin à parcourir et il faut le parcourir, mais il n’y a pas de voyageur. Des actes sont accomplis, mais il n’y a pas d’acteur. »

Labels:

D éclic


« Si tout est rose, rien n’est rose (comme le disait Jankélévitch). »

Labels:

L e Mot chouette


C'était chouette d'être dans l'étrangeté de ton spectacle, une belle grotte nocturne et marine pleine de bêtes et d'étoiles — et ton beau visage très habité

Merci de ta venue, Yves-Noël, et en belle compagnie. J'aime beaucoup le mot « chouette », oiseau-appréciation, tout à fait bienvenu(e) dans la grotte. Bises !
(Je demanderai à Adeline Caron pour le collier)

Labels:

Saturday, October 19, 2019