Monday, March 30, 2020

« Tu Fu 
(712-770)

Scène de printemps

Pays brisé — monts et rivières restent
Ville au printemps — herbe et arbres foisonnent.
Pleurant les temps les fleurs versent des larmes
Coupé de tout l’oiseau perce le cœur.
Depuis trois mois les feux d’alarmes brûlent
Une lettre reçue vaut un trésor.
On se gratte la tête — cheveux blancs
Si rares que l’épingle n’y tient plus.


757. »

Labels:

Saturday, March 28, 2020

Oui, vivement la Corse ! 
Oui, ça va, une maison à Nantes, pas un château, mais on n'est que trois, jardinet dérisoire, éventuels bains de soleil. Pas trop de livres sur place, mais des films le soir et parfois je triche, je vais dans le parc à côté (voir les têtards dans la mare).
Tu es où, toi, tu travailles toujours ?
Yvno 

Labels:

Friday, March 27, 2020

L ’Aléthéia


« Vous avez décelé l’essentiel : le Caravage est à penser, à évaluer, à voir dans l’histoire de l’être. Je suis entré pendant un an, jour et nuit, dans la peinture du Caravage, je m’y suis consacré comme on se baigne dans l’être. J’ai sans cesse voulu garder la tension entre peinture et littérature, entre le fait que je regardais et que j’écrivais. La peinture, c’est de la pensée : ce qu’un tableau montre, c’est ce qui ne se voit pas. Il y a là quelque chose qui relève de l’aléthéia — de cette forme grecque de la vérité qui se manifeste comme une apparition, un dévoilement, un retrait qui se déclôt. Ce qui a lieu dans l’être, je le comprends en méditant sur les peintures du Caravage, c’est la mise en éveil de la vérité. C’est pourquoi j’aime tant ce peintre, et Cézanne, Van Gogh et Bacon : ils témoignent en faveur d’une violence de l’être, d’un déchaînement du Dasein. L’extatique de la peinture, c’est ce qui m’a fait écrire ce livre. »

Labels:

Thursday, March 26, 2020

C hanson


« Si l’on perd souvent ta trace
Dès qu’arrive le printemps »

Labels:

Titre pour un recueil de poème (ou de courts textes) : 
Noter pour oublier

Labels:

« Mâle blanc hétérosexuel de 55 ans, j’ai appris tout récemment que j’étais le maître du monde… hé, hé… depuis, j’arpente les rues comme une armée d’occupation, le menton arrogant, les poumons gonflés de cette toute-puissance… hé, hé, maître du monde tout de même… je promène sur les choses un regard condescendant… empli du sentiment en effet qu’il ne tient qu’à moi de faire main basse sur tout ce que j’avise… l’argent des banques, les filles et les fleurs, c’est à moi… hé, hé… et que je peux demander au manant que je croise de cirer mes chaussures si cela me chante… Puis je rentre chez moi, un peu plus honteux et mécontent chaque soir de n’avoir pas su vraiment profiter de mon terrible pouvoir aujourd’hui non plus…

…mais demain, hé, hé…

…demain, hé, hé, hé… »

Labels:

Wednesday, March 25, 2020

D ernier parc ouvert avant l'été



L es Plages interdites


Je suis trop jaloux ! Au moins, avoue-moi que tu ne t’es pas baignée... J’ai un ami qui a trouvé un spot dans le Cotentin (Port Racine) et il se baigne tous les jours — et à poil en plus — le salaud ! Le reste du temps, il écrit des poèmes… Ce que, moi, je suis bien incapable de faire — et je lis très peu ! — parce que ce qui se passe — les infos et l’avenir — tournent en rond dans mon confinement… et ce climat de guerre et de dictature (les voisins dénoncent)...
J’aimerais être dans une tour d’ivoire…
T’embrasse, bravo pour ton tiramisu italien, c’est audacieux !
Yvno


Je me suis baignée à moitié… jusqu'au nombril, le deuxième jour.
Depuis la plage est interdite, et les bains de nuits pas encore possible. 
J'essaierai peut-être demain encore, les journées passent si vite… c'est absurde.
Moi aussi, je lis peu, je regarde peu de films, je n'ai pas envie de produire. Je parle avec les amis.
Je vais essayer de fabriquer un petit hôtel pour les souffrants.
Je t'embrasse fort,
poème ou pas poème

il faut vivre

Labels:

E t après ?


« qu’on en arrive à imaginer qu’on n’a pas d’autres solutions qu’une économie totalitaire utilisant les technologies pour nous mettre véritablement sous le boisseau et qu’on en arrive à une société d’hyper-surveillance antidémocratique, que malheureusement beaucoup de gens voudront parce que entre la sécurité et la liberté beaucoup de gens préfèrent la sécurité »

Labels:

Monday, March 23, 2020

«                                   la raison d’ordinaire
N’habite pas longtemps chez les gens séquestrés. »

Labels:

« Inconnue, elle était ma forme préférée »

Labels:

« On avait lu les livres d’histoires, mais aussi les livres de science-fiction. »

Labels:

Sunday, March 22, 2020


J’ai entendu ces mots de Handke dans une vidéo et j’ai pensé à toi : 
« Je crois aujourd’hui, peut-être pas seulement aujourd’hui, il y a une beauté affichée qui exige, mais, pour moi, la beauté qui exige, qui donne rien, c’est pas du tout la beauté. C’est la cruauté, c’est le chantage, c’est la loi. La beauté, c’est seulement la beauté qui s’ouvre elle-même et qui donne, sinon c’est pas la beauté. Mais excusez-moi de cette définition, ça doit exister déjà quelque part ailleurs, mais pas de moi, hein. » 
Porte-toi bien avec ton masque Comme des, 
Yvno


Il y a un texte (en trois parties) tous les jours. Il est très doué, je trouve.
Par exemple, aujourd’hui :

« Bel après-midi au parc, hier, avec tous les potes. On a fait un rugby.

Puis les filles nous ont rejoints avec des bières.

Et bien sûr, ça s’est terminé en partouze. » 

Labels:

M adame Buisse
















Labels: