Friday, April 19, 2019

D evrait mieux faire


« Des questions sans réponses, des réponses sans questions, des histoires sans commencement et sans fin, des intrigues sans dénouement… M. Tchekhov devrait mieux orienter sa lampe pour éclairer davantage le caractère à demi esquissé de ses personnages qui restent des ombres, des silhouettes nébuleuse, sans contour précis. »

Labels:

N anterre


Ah oui, j'étais à Nanterre, moi...
Ah, oui. C'était bien ?
Oui, c'est bien avec des parties très bien

Labels:

Thursday, April 18, 2019

M ot de passe : « Quasimodo est cuit »


Spectacle de Martine Pisani, très beau, très vivace, au Carreau du Temple encore ce vendredi soir, 19h30, par une bande d’amis undated. Pour attirer mon jeune amant à m’accompagner, je lui ai dit : « danse minimaliste, mais sensible et amusante ». Ça a marché ! « Selon le Bouddha, la vie n’a pas de sens, et il n’est pas nécessaire d’en créer un », cqfd.

Labels:

Tatouages : Walter Van Beirendonck

Labels:

M on ami peintre


J’ai un ami peintre, j’aime beaucoup ce qu’il fait. Ce qu’il fait, c’est toucher la peinture (c’est l’expression qui me vient). Il n’exprime rien. Pas de blabla, pas de cartel. Non, il touche la peinture. Avec la peinture, il touche. Je ne sais pas comment il fait, je pense qu’il le sait plus que moi. Il sait le pouvoir de la peinture. Pouvoir tactile. Toucher l’air, toucher et sécher l’air et l’eau et la vie, dessécher la vie, mettre la vie dans un feu, dans une huile, incendier la vie. Oui, toucher l’air, l’œil, le doigt et la main. La peinture exprime rien. Elle peint, elle se peint. C’est une activité par défaut. Un don. Si je disais ce qui me frappe chez lui, ce qui me fait plaisir, je dirais d’abord la couleur, ensuite l’érotisme, ensuite les fantômes. Ensuite l’amitié,
YNG

Wednesday, April 17, 2019

J e sais que j'ai tort


C’est bizarre, personne ne pense que c’est un châtiment divin (ou alors, si ? j’avoue que je ne suis que d’un œil ce Truman Show*). Quand j’étais enfant, je me souviens que Marguerite Duras avait dit (devant moi) à propos du sida : « Je sais que j’ai tort, mais je ne peux pas m’empêcher de penser que c’est un châtiment divin ». (J’entends sa voix.) Là, c’est encore plus évident, non ? Ils devraient, tous ces papes, ces pédés de l’Eglise se demander pourquoi Dieu leur envoie (enfin !) son feu, non ?

* Si, Fabrice Luchini

Tuesday, April 16, 2019

« Hamm : On n'est pas en train de... de... signifier quelque chose ? 
Clov : Signifier ? Nous, signifier ! (Rire bref.) Ah elle est bonne ! »

Labels:

A tous


Je suis amoureux de Tchekhov. Je viens de finir la biographie de Virgil Tanase (Folio) qui est très, très bonne. Tu vois un type qui n’a eu de cesse que d’échapper au pouvoir, y compris le pouvoir d’écrire (et le pouvoir l’entourait de ces rets, de ces tentations, de ces femmes, toute sa vie). C’est quelqu’un qui me bouleverse — aux larmes. Imaginez : il détestait écrire, il ne le faisait que quand il n’avait plus d’argent. Imaginez : la critique démolissait ses pièces qui se jouaient pourtant à guichet fermé. Imaginez : il n’était pas révolutionnaire, il pratiquait la charité, il soignait, il aidait, il aimait. Imaginez : il se méfiait du pouvoir des femmes, il refusait le mariage, il baisait beaucoup, mais refusait le mariage. Imaginez : il s’est occupé de ses parents toute sa vie, qui vivaient avec lui — et de ses frères surtout ainés très malheureux. Imaginez : il était petit-fils de serf. Imaginez : il ne croyait pas en lui ! Imaginez : il n’aimait pas la solitude, toujours des foules de gens chez lui (comme dans ses pièces), sauf la pêche à la ligne — mais il détestait la chasse. Imaginez : il observait. Imaginez, la phrase de Spinoza s’applique à lui : « Ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre. » Imaginez : il rendait service. A tous.

Labels:

B ut I don't want comfort


« But I don't want comfort. I want God, I want poetry, I want real danger, I want freedom, I want goodness. I want sin. »

Labels:

« Ne pas se moquer, ne pas se lamenter, ne pas détester, mais comprendre. » 
(« Ne pas rire, ni se lamenter, ni haïr, mais comprendre. ») 
(« Ni rire, ni pleurer, ni haïr, mais comprendre. ») 

Labels:

Titre pour un spectacle Ménagerie de verre :
Dès maintenant 

Labels:

L es Incendiés


« Ne reste que parmi les amoureux, des autres éloigne-toi.
Bien que ta flamme embrase le monde,
Le feu meurt par la compagnie des cendres. »

Labels:

C ache tes bonnes actions


« Cache tes (bonnes) actions non seulement aux yeux des autres, mais aussi à tes propres yeux, afin qu'elles puissent être en sécurité loin du mauvais œil »

Labels:

L es Contradictions pures


L’incendie...

Ben oui. C'est ce qu'on fait vendredi, n'est-ce pas ? Moi, je suis aux dernières pages de la vie de notre auteur et je lis à l'instant : « Je vous souhaite beaucoup de bonheur et de joie, et de ne plus compliquer les choses : la vie est beaucoup plus simple que vous ne le croyez ». J'ai souligné ! Hier, à la télé, il y avait aussi (en plus des flammes, je veux dire) l'actrice Julianne Moore à qui l'on demandait : comment fait-on pour être libre ? Elle répondait : « Je crois qu'il faut être engagé ('engaged') dans la vie pour être libre ». C'est clairement ce que tu dois faire : nous montrer ta liberté, ton engagement dans la vie. Ensuite, j'ai lu sur Wikipédia, une phrase du réalisateur Nikita Mikhalkov : « Chez lui [chez Tchekhov], il n'y a qu'un seul personnage, un homme dans lequel tout fusionne dans l'unité de ses contradictions ». C'est la beauté de ce que tu fais quand je la vois apparaître : l'engagement simple, naïf (inconscient, confiant) dans les contradictions pures. T'embrasse, Yvno

Labels:

D éfinition du théâtre


« le spectacle de la transformation d’un homme en un autre »

Labels:

Monday, April 15, 2019

S ans doute l'homme heureux ne se sent-il bien que


« Sans doute l'homme heureux ne se sent-il bien que parce que les malheureux portent leur fardeau en silence, car sans ce silence le bonheur serait impossible. C'est une anesthésie générale. Il faudrait que derrière la porte de chaque homme satisfait, heureux, s'en tînt un autre qui frapperait sans arrêt du marteau pour lui rappeler qu'il existe des malheureux, que, si heureux soit-il, tôt ou tard la vie lui montrera ses griffes, qu'un malheur surviendra — maladie, pauvreté, perte — et que nul ne le verra, ne l'entendra, pas plus que maintenant il ne voit ni n'entend les autres. Mais l'homme au marteau n'existe pas, l'homme heureux vit en paix et les menus soucis de l'existence l'agitent à peine, comme le vent agite le tremble, et tout est bien. »

Labels:

Sunday, April 14, 2019

Titre pour un livre : 
Le Lundi de ma vie

Labels:

C pas moi qui t'ai envoyé tous ces chiens en chaleur (je sais pas faire), c'est ma poche... Moi, ce que j'ai fait, c'est mettre mon manteau de prince russe (en ours blanc) pour le cas où l'on se verrait... Je suis porte de la Villette jusqu'à 18h30-19h. Je te fais signe en sortant...

Labels:

R emanié/effacé


C’était chouette de te voir et de t’entendre, hier soir ! 
C’est drôle, ce que tu dis de Michelle Grangaud (qui a toujours été ma préférée, de toute la mouvance), elle ne répond plus aux e-mails, c’est ça ? et, certes, elle ne publie plus…
Content de voir que, toi, tu es en forme. Guerre et paix sans je, c’est un très bon titre, je n’ai pas eu le temps de feuilleter le livre, je devais rejoindre un spectacle à Montreuil, mais je le ferai, sans doute dans cette même librairie d'ailleurs…
T’embrasse, chère voisine (si tu l’es toujours), 
Yvno

oui yves-noël ta blondeur m’a ravie
de la voir repartir aussi le long de la vitrine comme un trait de peinture
michelle grangaud est dans une institution en grande banlieue (je ne sais pas où, elle est sous la tutelle et a perdu toute autonomie) car son cerveau est remanié/effacé par une dégénérescence neurologique — elle est dans un grand vide je crois et j’espère qu’elle ne souffre pas
je t’embrasse, toujours voisine, oui
s

Labels:

L e Fils du prêtre


Yvno !
Coucou. Hier soir j'ai dîné chez Pierre à Orchies entre Lille et Valenciennes. C'était absolument délicieux. Et c'était cool de le connaître. On a parlé de toi aussi et tu es drôlement aimé. Bravo. 
Des bises de moi et Louise. A bientôt

Oh ! C'est toi que j'aime d'un amour profond et qui ne trouve malheureusement pas de théâtre pour s'exprimer... Qui est Pierre ? J'en connais plusieurs et j'hésite... YN

Pierre qui a été ton amoureux. Mince et bon cuisinier, son père était un prêtre !

Oh, nom de Dieu !  quel hasard t'a conduit là ? Tu es devenu pd ? Non, quand même... Ne me dis pas ça ! Je n'aime que les hétéros. Pierre a été une exception. Et, encore, je crois qu'il a souffert...

Ahah ! J'ai fait un opéra à Dijon avec son copain, un chanteur lyrique, Olivier, et on avait bu des coups après la première tous les trois, on s'entend bien. Et, là, je suis à Lille pour un autre opéra et ils sont dans le coin alors, hop, dîner. Vala. Super, Pierre. C'était une chouette soirée. 
Mais non vraiment pas pd encore. 
Bisous, Msieur 

T'as pas intérêt à coucher avec ces deux-là ! Ou, au moins, ne me le dis pas ! Oui, j'aime beaucoup Pierre — malgré ses mœurs (dégoûtantes). Je ne connais pas encore son copain Olivier le chanteur, mais qui m'a l'air bien de gauche si j'en crois l'influence qu'il doit avoir sur Pierre si j'en juge ses posts FB actuels... J'ai hâte qu'ils aient leur ferme, en tout cas, je m'ennuie à Paris…

Ah, non, mais ils sont des hommes, je n'touche pas à ça, moi. 
Et puis Louise n'est pas pour qu'on touche intimement d'autres corps... et, moi, ça me va ; ça devient vite moins évident que ce qu'on croit, ces trucs-là. 
Oui, Olivier, il est dans une période de « libération » et de « babos », comme il le dit. Il a une voix tellement agréable. 
Allez, je vais aux plumes. 
Tschüss, the Yvno

Labels:

3 sœurs



Labels:

Saturday, April 13, 2019

P rintemps russe


C’est difficile de vivre Paris en célibataire (être amoureux ferait le vide), Paris la fête, l’énergie, l’amitié merveilleuse. Mais, au fond, artistiquement, qu’est-ce qui compte pour moi en ce moment ? M, le film de Yolande Zauberman, et puis les Fellini que l’on peut voir à la cinémathèque et puis Tchekhov. Voilà l’immense matière presque réelle dans laquelle je me love, je me baigne, je suis vivant réellement. Je croyais tout connaître ou presque de Fellini parce que chacun de ses films en vaut mille. Mais non, je ne connaissais pas ce chef-d’œuvre, Roma, ce chef-d’œuvre, Amarcord. Je projette d’aller voir Les Nuits de Cabiria. Tchekhov, c’est la matière secrète et généreuse, c’est le printemps russe. Ce sera au mois de juin et sans doute avant ça, en avant-première, au café....

Labels:

N ouveau manteau Jean Colonna offert par A. R. (mon côté Jean-Michel Jarre)


Chapeau Yohji Yamamoto, Pantalon Walter van Beirendonck

Labels:

J’essaye de diminuer



« Ces outils qui sont faits pour le partage l’empêchent, en fait »

Labels:

L 'Homme vers l'homme


« La parole est un prétexte : ce qui attire l'homme vers l'homme c’est l’affinité qui les lie, et non la parole. »

Labels:

C onte


« Sur une île verdoyante, une vache vivait dans la solitude. Elle y paissait jusqu’à la tombée de la nuit et engraissait ainsi chaque jour. La nuit, ne voyant plus l’herbe, elle s’inquiétait de ce qu’elle allait manger le lendemain et cette inquiétude la rendait aussi maigre qu’une plume. A l’aube, la prairie reverdissait et elle se remettait à paître avec son appétit bovin jusqu’au coucher du soleil. Elle était de nouveau grasse et pleine de force. Mais, la nuit suivante, elle recommençait à se lamenter et à maigrir.

Le temps avait beau s’écouler, jamais il ne lui venait à l’esprit que, la prairie ne diminuant pas, il n’y avait guère lieu de s’inquiéter de la sorte.

Ton ego est cette vache et l’île, c’est l'univers. La crainte du lendemain rend la vache maigre. Ne t’occupe pas du futur. Mieux vaut regarder le présent. Tu manges depuis des années et les dons de Dieu n’ont jamais pour autant diminué. »

Labels:

D evise de l'actrice


« Ou bien parais tel que tu es, ou bien sois tel que tu parais. »

Labels:

P our Jhon


«  Je t'enseigne par les opposés de sorte à ce que tu aies deux ailes pour voler. »

Labels: