Tuesday, November 12, 2019

A rt brut



Labels:

P romenade à Saint-Saphorin




Labels:

.

S aucisson corse



Labels:

S tand-up


Titre : 
Je ne suis pas contre l’idée d’avoir tort

Labels:

L a meilleure jauge


Tu ne reviens jamais, mon temple ? Yvno

Mercredi prochain je reviens définitivement !!
Là je suis en route pour Lausanne pour y jouer tout le week-end 
Puis Salon de Provence 
Puis toi et ton Cul ensuite, la meilleure jauge 

Labels:

Friday, November 08, 2019

« les chansons frappaient à la porte »

Labels:

Tuesday, November 05, 2019

I mposer une forme à nos terreurs


« [la peinture] n’est pas un processus esthétique ; c’est une forme de magie qui s’interpose entre l’univers hostile et nous, une façon de saisir le pouvoir, en imposant une forme à nos terreurs comme à nos désirs. Le jour où je compris cela, je sus que j’avais trouvé mon chemin » 

Labels:

Ce mercredi 6, de 15h à 17h30, à l'initiative de Yaïr Barelli (photo), je serai lâché dans l'expo « Les Tableaux magiques », au Musée Picasso, avec la permission de regarder les tableaux, de parler à voix haute, même de danser, je ne sais pas (pourquoi moi ?) — et je serai même payé pour ça ! Le monde moderne est un mystère, on a beau dire

Labels:

P icasso (et Yaïr)



Labels:

Sunday, November 03, 2019

« Ben, à force de précautions, on ne crée que des problèmes supplémentaires. »

Labels:

A mbiguïté de l'œuvre d'art


Cet espace « qu'il faut alors aimer, représenter, c'est à lui qu'il faut, d'un même geste échapper. L'art du Greco détruit les discours qu'il propage. »

Labels:

L 'Arbre qui cache...


« Un seul bouleau crépusculaire »

Labels:

G are de Lyon


Tu cherches un artiste italien auprès de qui tu pourrais te proposer en tant que stagiaire ? Castellucci ? Je connais un Italien fou et merveilleux (qui a joué avec moi), mais il travaille à Bruxelles. Pietro Marullo. Je vais lui demander s'il a une idée (ou demande-lui directement de ma part). En fait, en Italiens, je connais surtout des artistes exilés, comme Claudia Triozzi, vraiment folle et géniale, elle, sublime (mais très personnelle — et elle voudra certainement coucher avec toi). Il y a aussi Chiara Gallerani, une danseuse performeuse qui vit en France, mais qui connaît tout le monde. Elle vient de Bologne. A Bologne, il y a aussi un festival où j'ai plusieurs fois joué. Silvia Fanti en est la curatrice. Là encore, on pourrait lui demander, elle connaît forcément tout le paysage italien. Il paraît qu'il y a un beau film en ce moment, Le Traitre, de Marco Bellocchio. Moi aussi, je voudrais l'Italie ! Tu parles italien ? Quelle chance...

Labels:

« Au cours de la nuit, les zones côtières et les centres urbains scintillent, tandis que les régions pauvres sombrent dans l’obscurité. »

Labels:

A quelques dizaines d’années de distance


« Mais, nouvel embarras, je désire aussi la vie merveilleuse du raté. »



« D’un autre côté, je me suis toujours senti attiré par ceux qui ont échoué, les incapables — comme si c’était eux qui étaient dans le vrai. Je les vois, de loin, comme littéralement anoblis ; ou comme s’ils étaient les seuls, parmi nous autres figures de l’Aujourd’hui, à avoir un destin. Et c’est ainsi que je fuis dans un rêve vers le port le plus coupé du monde, évanescent pour les autres, entièrement dissous dans le souffle qui effleure les tempes. » 

Labels:

« Alors, je lis le texte comme je peux, comme les mots m’amenaient de la musique »

Labels:

Saturday, November 02, 2019

Je lis dans « Libé » un très bel article de Philippe Lançon (toujours magnifique) sur un grand écrivain hongrois, Sándor Márai (que je ne connaissais pas) qui assiste après guerre — il l'écrit dans son journal —, après l'horreur du nazisme puis la destruction de Budapest passé du côté russe, à une tournée propagandiste d'Aragon qui s'en prend aux écrivains dans leur « tour d'ivoire » : 
« En ce moment, ces diablotins littéraires font des cabrioles partout en Europe, au son des tam-tam partisans, et ils croient proclamer la liberté. En réalité, ils sont instrumentalisés par les partis pour s'exhiber en attractions dans les vitrines de l'un ou l'autre de ces partis, tels les singes qui tendent l'assiette sur l'épaule des joueurs d'orgue de barbarie. »
C'est pour toutes ces raisons que je te disais que l'image d'Aragon est très, très abîmée. Cette horreur-là... Mais continue à le lire, bien sûr, tu as raison ! 
Bien à toi, 
Yves-Noël

Labels:

T héâtre : privilégier la motion naturelle


« Une motion naturelle est celle qu'un être exerce sur un autre en vertu d'une nécessité interne de sa nature même ; il lui suffit donc d'être pour l'exercer et, dès lors qu'il est, il ne peut pas ne pas l'exercer. Une motion volontaire est celle qu'un être exerce par une décision libre, et qu'il ne dépend par conséquent que de lui d'exercer ou de ne pas exercer »

Labels:

M y Way


— Yvno, que fais-tu?
— Je t'aime comme d'habitude 
— L’amour ne saurait être une habitude
— C’est pour ça, je trouve que j'en manque

Labels:

Salut petite braise ! Y a-t-il qqch de subtil, cette nuit ? Je lis dans le journal que le samedi est « le jour des ploucs » pour sortir, mais, bien que ça puisse très bien s'appliquer à moi, je ne le crois pas — car je sais que c'est ton jour !

Labels:

L es Russes


« Des femmes qui ont subi des viols pendant le siège raconte que le moment vraiment pénible n'était pas l'agression elle-même mais juste « après », quand le Russe devenait insupportablement sentimental. Une fois l'acte consommé, la femme ne souhaitait rien d'autre que rester seule, se recomposer et revenir à elle, physiquement et moralement… Mais non… car le Russe commençait alors à babiller, tendrement assis au chevet d'une femme avec laquelle il lui était la plupart du temps impossible d'échanger un seul mot, il sortait des photos — celles de sa mère et de sa sœur, exhibait ses rustaudes étrangères, soupirait, parlait d'une petite maison là-bas, à Tachkent où il y a même la lumière électrique et comme ce serait bien d'habiter là-bas… C'était ça le pire, disent les femmes. »

Labels:

L es nouveaux censeurs


« Les nouveaux censeurs ne prennent pas en compte l'imaginaire de l'artiste, mais ce qui sépare la réalité de sa représentation. Si vous convoquez une autre culture dans vos images, mieux vaut éviter la subtilité et l'ambiguïté. Vous devez rester au premier degré et vous cantonner aux « clichés positifs » sur cette culture. Peu importe que le résultat soit souvent creux et déborde de bons sentiments. 
— Ces polémiques vont-elles se réduire à l'avenir ?

— Je crains au contraire qu'elles n'empirent. Ce mouvement, qui semble irréversible, va s'étendre à d'autres communautés. Il faudra s'y faire, le raisonnement binaire va s'imposer : vous êtes avec eux ou contre eux ! J'espère sincèrement me tromper. »

Labels:

Friday, November 01, 2019


Labels:

Thursday, October 31, 2019

Ce soir, vendredi de Toussaint, pour la soirée mensuelle Mosaïque des Lexiques (entrée libre, mais il faut réserver), je slamerai en open mic deux poèmes d’Arthur Cravan dans le décor énigmatique et sanguinolent du club de boxe qui jouxte les Labos d’Aubervilliers. 20h. 41, rue Lécuyer. Aubervilliers-Pantin-Quatre Chemins. Et je penserai à mon ami Tanguy Malik Bordage, lui aussi poète et boxeur et qui vient de remporter une médaille, môme jusqu'à la mort, colosse — et queue

Labels:


Labels:

« On a beau dire et faire agir et puis penser
On est le prisonnier de ce monde insensé. »

Labels:

P oésie-conflit


« Un conflit avec la mère ? Bien sûr, la poésie commence par là, Baudelaire a su le dire (et Rimbaud, donc). »

Labels: