Sunday, January 20, 2019

« Un jour, on forme un petit groupe pour demander à Antoine s’il était possible d’ajouter un cours de danse dans le cursus.
La réponse est immédiate : «  Ce qui me passionne chez l’acteur, c’est le corps désirant mais empêché, le dialogue irréconciliable de la carcasse et de l’âme… 
Allez prendre des cours de danse si vous voulez (pouvez), mais c’est titubants que vous êtes  beaux… » »

Labels:

L a Salle de gym



Labels:

« J’ai été malade toute ma vie et je ne demande qu’à continuer. »

Labels:

L e Contresens


« Et quelle religion est-ce là, le Vatican, avec ses banques, sa police et ses services secrets ? Le Christ a dit : « Mon royaume n’est pas de ce monde. » »

Labels:

J anvier



Labels: ,

S érie B, aimer un pd


Du Racine toute la nuit avec la langue et les yeux dans les yeux ? Quel (h)ardeur (tu fais) ! Je suis encore là cette nuit, mon lapin tout chaud, et je termine tôt, on joue à 17h, mais je ne vais pas aller à Lausanne, j'aime passionnément ma chambre with vue de l'hôtel Cornavin (la 809), hôtel qui a l'avantage aussi de se situer à côté de la gare où je prends mon train demain — note bien (je te l'ai déjà dit) que je ne tiens pas spécialement à y être seul avec mes fantômes... Sinon on se verra, si tu n'as pas perdu ta flamme (ce qui m'étonnerait), à ton retour aux chutes du rein, ou je ne sais où en Suisse profonde, contrée inexplorée, d'où peut-être nul voyageur ne revient, ou même — pourquoi pas ? — osons Lausanne puisque j'y donnerai deux jours de cours à la Manufacture les 21 et 22. Langue, YN

Labels:

T rois sœurs


Salut Kataline (et Ireïna en copie), 
On s’est déjà parlé d’une reprise des cours en mars-avril-mai : ce que j’ai en tête maintenant, c'est plutôt un travail avec Ireïna (qui jouait des poèmes de Garcia Lorca à la sortie du dernier cours) autour des Trois sœurs de Tchekhov — travail qu’on pourrait présenter en mai (donc avant la reprise de L’Amant). C’est ce que nous avons envie, Ireïna et moi, de pousser jusqu’à la grande beauté un travail solo sur toute la pièce, toute la matière, comme je l'avais proposé à Lyon, mais aussi l’année dernière avec Hamlet et bien sûr avec L’Amant, mais il n’est pas impossible encore que les répétitions (ou certaines répétitions) soient ouvertes non pas à tous, mais à certaines femmes (ou peut-être certains garçons très féminins, je vois ça comme une histoire de femmes) (aussi parce que le dernier Hamlet était purement masculin) qui auraient envie d’étudier et de travailler Tchekhov, pas de cours ouvert donc, mais sur invitation. 
Voili-voilà, on en parle quand tu veux pour les modalités de réservation des espaces. Je t’embrasse, 
Yvno

Labels:

T out ce qui a rapport à l’« identité »


Tout ce qui a rapport à l’« identité » n’a aucun intérêt. Voilà l’erreur de l’ultragauche, avoir voulu faire croire aux gens qu’ils sont ce qu’ils sont, un ouvrier, un travelo, une femme, un musulman, etc., d’une « minorité » quelconque. Dès qu’on parle d’identité, on est dans le faux — mais j’insiste parce que, dans les journaux que je lis, les émissions que j’écoute ou que je regarde on en parle EN CONTINU — dès qu’on parle d’identité on est dans le faux — et l’extrême droite remporte la mise, c’est une évidence pour moi. Les Gilets Jaunes n’ont rien à faire des artistes ou des intellectuels (encore des identités) — comme on peut le voir avec les Deschiens qui ont, il y a déjà quelques années, excellemment traité le dossier. Il y a une chose qui me fait presque pleurer, c’est le pathétique de l’ultragauche qui leur court après et ne les rattrapera plus. Il suffit à Le Pen d’enfiler un gilet...

Labels:

Saturday, January 19, 2019

I nsane objects


« I think the whole of our society is run by insane people for insane objects. »

Labels:

R êve de constance


« J'écris toujours le même livre ; seuls les mots changent. »

Labels:

Thursday, January 17, 2019

S peak of familiar things a while


« Debris of Life and Mind 

There is so little that is close and warm. 
It is as if we were never children. 

Sit in the room. It is true in the moonlight
That it is as if we had never been young. 

We ought not to be awake. It is from this 
That a bright red woman will be rising

And, standing in violent golds, will brush her hair. 
She will speak thoughtfully the words of a line. 

She will think about them not quite able to sing.
Besides, when the sky is so blue, things sing themselves, 

Even for her, already for her. She will listen 
And feel that her color is a meditation, 

The most gay and yet not so gay as it was.
Stay here. Speak of familiar things a while. »

Labels:

Wednesday, January 16, 2019

L es Locutions du doute


« Bonjour, monsieur Borges. Je vous remercie de me recevoir.
— Appelez-moi Borges, tout court. J’ai presque quatre-vingts ans. Tous mes amis ont disparu. Lorsque je pense à eux, je pense à des fantômes. Nous sommes tous des fantômes, n’est-ce pas ? En 1955, j’ai perdu la vue et je ne lis plus les journaux. Je n’ai pas souvent l’occasion de parler avec des gens. Aussi, quand j’ai une interview, je remercie mon interlocuteur. Mais je le préviens toujours : je suis trop catégorique, parfois même désagréable. C’est peut-être une réaction contre ma timidité, car je ne suis jamais sûr de ce que je dis. Quand j’affirme quelque chose, je ne fais qu’avancer une possibilité. Je propose donc, avant de commencer, que nous émettions quelques locutions de doute, comme « peut-être », « probablement », « il n’est pas impossible que », etc. Le lecteur les placera lorsqu’il le croira opportun. » 

Labels:

Titre pour un spectacle : 
Signe intérieur de pauvreté

Labels:

« Il pleut. Dans quel passé, sur quelle cour de Carthage tombe aussi cette pluie ? »

Labels:

« Vous êtes complètement dominé par votre libido, ça saute aux yeux ! »

Labels:

« Et les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière »

Labels:

Titre pour un spectacle : Défense de l’illusion

Labels:

Tuesday, January 15, 2019

L es Hommes de Dakar


Tu vas bien, mon petit loup ? Tu m'emmèneras dans des endroits sales en 2019 (ce soir ?)
— Mais c’est toi ,Yvnooo,  tout plein d’alacrité qui va me sortir en 2019 !!!
— Je suis malade ! Mais, de mon lit, je regarde des kilomètres de porno... Serai-je aussi motivé quand j'irai mieux ?
— Moi aussi, j’ai la grippe 
— Regardons les mêmes films avec d'autres amis grippés, alors. Tu peux mettre une petite annonce sur tes applications (que je n'ai pas) ? Recherchons quelques amis grippés du quartier Max Dormoy pour se branler ensemble en regardant des films. Fièvre et suée garanties, etc. Tu brodes...

Je suis au fond du trou et bien malade (depuis le 31), mais je soulève un doigt pour t'envoyer — mais rien qu'à toi — mes meilleurs vœux, Yvno

Bonne année, Splendeur ! J'ai oublié de te faire signe hier soir, mais, à ma décharge, je suis toujours malade (depuis le 31), je n'aurais pas pu t'embrasser sur la bouche... C'est bien dommage quand même de ne pas t'avoir revu, tu as été si gentil avec moi. Bon voyage en Afrique et, de temps en temps, si tu peux, donne-moi de tes nouvelles ou des nouvelles des plus beaux hommes de la planète (les hommes de Dakar, tu disais). T'embrasse sans risque de contamination

Labels:

Monday, January 14, 2019

L a Tête


« Les choses qui chantent dans la tête
Alors que la mémoire est absente »

Labels:

Sunday, January 13, 2019


Labels:

U n côté crépusculaire morne


On a creusé un trou dans le théâtre. C’est ça, l’histoire. Une fosse de quatre mètres de profondeur pour que la mort et la vérité soit présente dans la vie et la vérité. Dans le théâtre, on met des morts et des vivants, on peuple d’horreur la merveille ou de merveille l’horreur. C’est une rencontre sur du vide. Mourir de chagrin, ça existe. 

Des histoires ont d’abord eu lieu, tragiques, sans histoires, immédiatement ou presque pour la vie. 

DJERBI / GENOD, création au théâtre Saint-Gervais, à Genève, vendredi 18 (20h30), samedi 19 (19h) et dimanche 20 janvier (17h). Renseignements et réservations au théâtre Saint-Gervais. Générale ouverte (entrée libre) le mercredi 16 à 21h15. Il est proposé à chacun du public d’apporter un livre aimé à échanger avec un autre.

Labels:

M ourir de chagrin


DJERBI / GENOD, Ilario Santoro

Labels:

Bonjour,
Je viens de signer la pétition « Le peuple : Solidarité des universitaires, des intellectuels et des artistes avec les Gilets Jaunes ! » et je souhaitais savoir si vous voudriez nous aider en ajoutant votre signature.
Notre objectif est d'atteindre 481 signatures et nous avons besoin de plus de soutiens. Pour en savoir plus et pour signer, c'est ici.
Merci !
Pascale

Chère Pascale, 
Il faut être en effet tellement intellectuel, tellement artiste, d’une intelligence ou d’une imagination qui me dépasse, pour s’en aller soutenir des braves gens touchants, mais dont les revendications principales, je le lis dans « Le Temps » ce matin, je suis à Genève, loin devant les autres, celles qui vont revenir sans fin au « Grand Débat » sont 1) plus de pouvoir d’achat et 2) moins d’impôt, c’est-à-dire (ou je me trompe) plus de libéralisme. La misère de ce que je comprends, pour ma part, seulement, c’est 1) que ceux qui votent à l’extrême droite sont ces braves gens et 2) que l’extrême gauche qui leur court après ne les rattrapera pas.
Je t’embrasse, 
Yves-Noël

Labels:

Titre pour un spectacle : Le Privilège 
« Tu as eu le droit de revenir, est-ce que tu te rends compte du privilège ? Tu es un miracle, Camille, et, toi, qu’est-ce que tu en fais ? rien. »
« Rends-toi utile, aide ceux qui en ont besoin »
« Tu as le pouvoir d’apaiser les consciences, c’est un pouvoir immense » 

Labels: